vendredi 19 août 2011

Chapitre 10


« Tiens, bonjour Monsieur Chicchan ! » lance Enola en apercevant son nouveau voisin sur le parvis de l’église du village.
« Bonjour Enola », répond Monsieur Chicchan en tournant ses yeux aussi marrons que profonds vers la fillette.
« Mais, je tai dit, pas de Monsieur entre nous. Ca me donne limpression d’être vieux », poursuit-il dans un sourire.
« Moi, cest juste Ellis. »
« Daccord alors, Ellis, je vous présente Eden. Il est mon meilleur ami et notre voisin aussi. Et voici Fantom que vous avez déjà eu loccasion dentendre hier. »
« Content de vous rencontrer », affirme Ellis en serrant énergiquement la main du jeune garçon et en donnant deux trois tapes amicales sur la tête du labrador.
« Quest-ce qui vous amène par ici ? »
« La même chose que vous, jai bien limpression », répond Enola en désignant du doigt les gants et le sac poubelle que Monsieur Chicchan tient dans sa main gauche.
« Enola Eden On aurait du sy attendre ! »
Une voix dédaigneuse vient interrompre la conversation. La voix pleine de mépris de Maya suivie des ricanements quelque peu niais de ses petites pestes damies.
« Tout juste bons à ramasser les saletés des autres… », se moque la chef de bande en passant sa main dans son brushing.
Devant labsence de réaction dEnola, Maya crache son chewing-gum aux pieds de la fillette en la fixant dun air de défi.
« Dis donc jeune fille, tu te crois où ? », intervient Ellis dun ton ferme.
« Vous êtes là… pour ça… »
Cest avec son habituelle arrogance que Maya avait commencé à répondre. Commencé. Parce qu’à peine avait-elle tourné sa tête vers cette voix qui avait osé sopposer à elle et croisé le regard dune étrange intensité de Monsieur Chicchan, que la fillette en mini-jupe et petit haut léger avait immédiatement changé de ton.
« Figure-toi que cest tout le contraire. Nous sommes justement là pour faire comprendre à des gens comme toi quil est grand temps dadopter une attitude responsable. Et ça commence par apprendre à des jeunes filles mal élevées à ne plus jeter leurs chewing-gums par terre. Tu vas donc le ramasser sur le champ et le jeter dans cette poubelle. Là-bas. »
Sans broncher, Maya sexécute. Elle lance alors à ses acolytes restées bouches bé, dun air détaché qui, elle lespère, lui évitera de perdre complètement la face :
« Allez venez, on a autre chose à faire !  »
Eden reste un instant au moins aussi étonné quEnola par la façon dont Maya sest pliée à linjonction de Monsieur Chicchan. Mais, contrairement à son amie, il a cru voir quelque chose dans le regard du vieil homme, au moment où ce dernier ordonnait à la fillette de ramasser son chewing-gum. Quelque chose de plutôt inquiétant.
« Voilà, maintenant, vous avez aussi fait connaissance avec Maya et sa bande », explique Enola.
« Je pense que je ne men ferai pas une amie », répond Ellis dune voix redevenue tout à fait chaleureuse.
« S'il vous plait. Que ceux qui ne sont pas encore venus récupérer leur équipement le fasse au plus vite, que nous puissions nous mettre en route. Merci », annonce une voix puissante.
« Oups, je crois que ça nous concerne », constate Eden en entrainant Enola vers ce qui ressemble à une table d'enregistrement.
Une fois munie de gants et de sacs poubelles, la petite équipe accompagnée de Monsieur Chicchan prend joyeusement la direction du CCSTI.
« Mais au fait, Monsieur... Heu... Ellis, a quoi devons-nous l'honneur de votre installation à Cabanian ? » questionne soudain Eden, encore un peu perturbé par l'épisode Maya.
« Eh bien vois-tu, j'avais depuis très longtemps envie de quitter l'effervescence de la grande ville alors, quand l'heure de la retraite a sonné, je n'ai pas hésité le moindre instant. Une belle opportunité s'est présentée ici et, me voila ! », raconte Ellis.
« Et c'était quoi, votre métier, avant ? » demande Enola, curieuse.
« Pendant plus de 35 ans, j'ai essayé d'apporter à mes lecteurs des informations intéressantes qui leur permettraient de voir le monde sous un oeil un peu plus éclairé. »
Devant les regards interrogateurs des deux jeunes enfants, Monsieur Chicchan reprend :
« J'étais journaliste ! »
« Ahhh d'accord », répond Enola, avec un sourire tout aussi sincère que dubitatif. Avec Ellis, il allait falloir faire preuve d'esprit !

Ainsi Monsieur Chicchan a été journaliste avant de venir s'installer à Cabanian. Espérons, cher lecteur, qu'il pourra venir en aide  à Enola. A moins que ses intentions soient toutes autres... Mais, nous aurons sans doute l'occasion d'y revenir plus tard.

2 commentaires:

  1. merci pour cette suite
    a bientôt
    Lestat

    RépondreSupprimer
  2. Mais de rien.
    Merci à toi, Lestat, pour ta fidélité !

    RépondreSupprimer